C’est la faute à… Attention à ne pas faire la faute !

A nouveau ou de nouveau
À nouveau ou de nouveau ? Nouveauté ou répétition ?
5 avril 2018
du coup mis à toutes les sauces
Du coup… Mis à toutes les sauces, affadit le vocabulaire
17 avril 2018
Tout voir

C’est la faute à… Attention à ne pas faire la faute !

C'est la faute à

C’est la faute de, c’est la faute à… Bien souvent, dans le langage courant, c’est la deuxième formule qui prévaut. « C’est la faute à la grève, si j’arrive en retard. » Mais est-ce la bonne ? Attention une expression usitée n’est pas forcément juste.

C’est la faute à Voltaire

Bien qu’autrefois il était d’usage d’employer la préposition « à »pour exprimer l’appartenance, cette expression est maintenant quelque peu archaïque. Et si elle est si souvent utilisée dans le langage courant, c’est qu’elle nous vient de… Victor Hugo. Dans Les Misérables, Gavroche entonne cette chanson connue de tous, « Je suis tombé par terre, / C’est la faute à Voltaire, / Le nez dans le ruisseau, / C’est la faute à Rousseau… ». Cet illustre écrivain n’en est pas le véritable auteur – en effet, il semblerait qu’il se soit inspiré de chansonniers tel que Jean-François Chaponnière (1769-1856) et François Béranger (1780-1857) – mais c’est grâce à lui qu’elle est passée à la postérité.

Bien qu’on retrouve les expressions « fils à papa », « bête à bon Dieu », ou encore « il pleut, il mouille, c’est la fête à la grenouille », il n’en reste pas moins que c’est une erreur à éviter.

En conclusion, n’écrivez pas « la faute à… », mais bien « la faute de… » En effet, l’expression juste est « c’est la faute de… ». Pourquoi ? Tout simplement parce qu’il s’agit d’un complément du nom. C’est-à-dire un groupe nominal qui en complète un autre : « C’est la faute de ce grand garçon qui n’a pas fait attention ».

Il est aussi possible de dire « La faute en est à ce grand garçon. »

Mais attention, ne dites surtout pas « c’est de la faute de… », ce n’est pas plus correct que « la faute à… »

Il y a deux cas de figure dans lesquels il est possible d’employer « à » à la place de « de », lorsqu’on dit : « A qui la faute ? » et lorsqu’on renforce un possessif, dans ce cas la virgule joue aussi un rôle : « C’est leur faute, à tous ces gens. »

 

Vous ne vous en sortez pas avec toutes ces expressions mal employées ? Faites donc appel à des correcteurs professionnels. Vos écrits seront alors exempts de faute et vous ne pourrez plus dire : « c’est la faute à ma secrétaire ! »

 

Nathalie DEBERDT
Nathalie DEBERDT
Correctrice

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.